MON LIVRE DES VACANCES #2

Un été sans polar et/ou thriller, c’est un peu comme le sud sans rosé ou la mer sans sel.

Je dois l’admettre, je suis une grande fan de romans noirs, j’adore les enquêtes policières, les crimes macabres et les dénouements inattendus des dernières pages. J’en lis régulièrement car ce sont des livres faciles d’accès, prenants et qui se lisent rapidement dans n’importe quel transport et soyons honnêtes, ils ne demandent pas un (excès) de travail du cerveau.

Lorsque j’ai acheté Viscères  de Mo Hayder, j’ai été assez emballée par la quatrième de couverture. « Il y a quinze ans, deux amoureux ont été retrouvés sauvagement éviscérés dans le bois attenant à la maison de campagne des Anchor-Ferrers. Le principal suspect, qui a avoué les crimes, est depuis sous les verrous. Mais aujourd’hui, alors que Oliver, Matilda et leur fille, Lucia, n’ont pas oublié cette découverte macabre, l’histoire se répète, plongeant la famille dans la terreur. »

IMG_2603

Bon, le titre est peu racoleur, et si on se penche un peu dessus, la version originale se nomme Wolf .  J’ai un peu du mal avec cette mauvaise habitude (française)  de dénaturer les titres originaux pour vendre plus! Wolf donne plus de sens à l’intrigue que le titre choisi par la maison d’édition française mais pour autant que ce soit dans un cas comme dans l’autre, je trouve qu’à posteriori aucun des titres n’est bien choisi.

Avec sept polars à son actif, Mo Hayder a su gagner une place de choix dans l’univers des auteurs à succès. Les critiques dithyrambiques n’ont pas manqué à la sortie de Viscères, Le Monde l’a qualifié de « must » et Télérama d' »une réussite », ce qui a orienté mon choix vers ce roman.

Effectivement, le rythme est bon et ne laisse pas la place à l’ennui. Chaque chapitre aborde un  personnage différent, du bourreau aux victimes, et leurs manières de vivre la situation.

Les personnages sont pour la plupart bien développés et ont tous une part d’ombre qu’on a plaisir à découvrir. On suit par ailleurs l’enquêteur Jack Caffery qui est un personnage récurent dans plusieurs oeuvres de Mo Hayder, mais cela ne pose pas de problèmes de compréhension  pour Viscères si c’est le premier roman qu’on lit d’elle. 

Malheureusement, bien que j’ai eu du mal à lâcher le livre avant la fin, je n’en retiens pas un souvenir impérissable en fin de compte.

Mes déceptions se basent sur plusieurs points:

  • Le titre est trompeur! Si vous vous attendez à du sanglant/macabre/répugnant/qui soulève le coeur eh bien passez votre chemin. Rien de terrifiant ou d’insoutenable ne se passe dans les 500 pages du roman.
  • Les lecteurs avertis trouveront le coupable en moins de 100 pages, décevant!
  • Le huis clos qui s’établit quasiment dès le début du roman aurait pu être plus terrifiant, mais l’auteur reste gentille et préserve le lecteur et les personnages du livre, ce qui finit par lasser.

Par contre, quelques surprises assez inattendues jalonnent le livre, pour le plus grand plaisir du lecteur. Cela promeut le livre à décevant plutôt qu’échec cuisant.

Viscères de Mo Hayder 8€ aux éditions Pocket

Et vous, quels livres vous ont plu cet été?

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimez? Partagez avec votre entourage :)