DÉTOX DE LA SALLE DE BAINS .

Je me suis lancée dans un projet titanesque ! Pour une fois ce n’est pas moi que j’essaie désespérément de détoxifier mais plutôt une pièce de ma maison!  Quand ma sœur a vu mon placard « beauté » dans la salle de bains et qu’elle l’a nommé Sephora, j’avoue que j’ai un peu flippé!

Loin de moi l’idée d’ouvrir une boutique type réunion tupperware version beauté et je me vois bien obligée d’admettre que personne n’a besoin de 12 blush, 15 spray/huiles/crèmes  pour les cheveux, 5 anti-cernes et 14 crèmes anti-rides/hydratantes/désaltérantes/ faiseuses de miracles en tous genres.

Je me suis rendue compte que comme beaucoup de personnes, je souffre d’achat compulsif et que mon placard est envahi de dizaines de produits qui se répètent #accumulatrice!  Je dois aussi avouer que le marketing marche très bien sur moi , d’autant plus qu’à chaque lancement de produit, la blogosphère se déchaîne, et te donne l’impression que tu ABSOLUUUUUMENT besoin de cette nouvelle crème/savon/déo/gommage et tout ce qui s’en suit.

J’avais un peu du mal avec le concept que quelques produits bien choisis suffisent et une fois finis, ils peuvent être rachetés, échangés, renouvelés ou tout simplement abandonnés au profit d’une nouveauté. Voici donc le projet titanesque dans lequel je me suis lancée: terminer et/ou me débarrasser de tous les produits à ma disposition, et ne racheter que l’essentiel ou ce que je ne peux pas faire de mes propres mains.

LE GRAND MÉNAGE.

Je ne me situe pas encore à 100% dans une démarche zéro déchets, mais j’ai fait un tri dans ma salle-de-bains, et le constat est simple et sans appel. J’ai beaucoup trop de choses. Quand j’ai énuméré un peu plus haut les articles, je parlais bien de mon butin personnel et pas celui de Kim Kardashian!

Vu que je n’ai pas 10 visages, il est clair et net que je ne pourrais jamais finir tout ce que j’ai avant 2021.

Ma conclusion: tout cela va gentiment se périmer et ce sera de l’argent, du temps, et surtout beaucoup de place de perdu pour pas grand chose.

Ma solution a été radicale, et je suis certaine qu’il faut en passer par là pour changer ses habitudes de façon pérenne.

J’ai commencé par trier tous mes produits en les sortant du placard, des commodes, des tiroirs, et j’ai jeté ce qui était là depuis des années/décennies/siècles voir millénaires.

Une crème pour le visage a une durée de vie assez courte (3 à 6 mois) du coup en avoir 12, ben c’est idiot. De même pour les fond de teint masques pour le visage, lait démaquillant et diverses lotions à base d’eau, oust tout ce qui peut nuire à la qualité de ma peau.

Au-revoir aussi aux rouge-à-lèvres qui font des démarcations, qui ne nous vont pas, aux couleurs d’une autre galaxie qu’on a acheté parce que c’est la mode. J’ai jeté/donné/vendu tout ce qui ne me convenait pas mais qui était neuf ou en bon état, comme des palettes de fards à paupière, poudres, blush, etc… A ce stade du tri, j’ai déjà rempli un énorme sac…et je me dis que je ne rachèterai plus rien avant un bon bout de temps vu tout ce qu’il me reste encore.

Je ne suis pas une grande fan des crèmes et laits pour le corps, donc tous ceux qu’on m’as offert ou ceux qu’on se ramasse dans les coffrets de parfum ont fini dans le sac aussi. Ils ont été rejoint par tous les vernis qui ont tourné, séché ou de mauvaise qualité.

Je me suis débarrassée de tous les produits dont les marques testent sur les animaux, type L’Oréal, Shu Uemura, Dior et consorts. Ça aussi ça a fait pas mal de place et on est enfin raccord avec sa philosophie de vie.

Par ailleurs, j’ai stoppé mes abonnement aux diverse box beautés pour ne pas ré-accumuler des produits que j’ai déjà potentiellement chez moi.  Je les reprendrai une fois que ma salle de bain perdra ses allures de grand magasin.

UNE DÉMARCHE MINIMALISTE.

En l’occurrence, en 2018 je n’ai quasiment rien acheté dans le rayon beauté, à part des produits bruts chez Aroma Zone pour pouvoir en fabriquer moi-même.

J’ai échangé mes coton tiges contre un oriculi de chez Avril et depuis quelques temps je n’ai plus de tampons non plus que j’ai remplacé par une cup de chez Lamazuna.

Toujours de chez Lamazuna, je me suis procurée leur brosse à dents écologique, qui est en écoplastique et à tête interchangeable. En ce qui concerne le dentifrice, je le fabrique avec de huile de coco, du carbonate de calcium, de l’argile et quelques gouttes d’huile essentielle de menthe citronnée.

Mes shampoings, je les fabrique aussi avec des produits de chez Aroma Zone, pour le plus basique , 3 ou 4 ingrédients suffisent.

J’ai troqué le gel douche contre des savons saponifiés à froid ou du savon noir. Je préfère cette option sans produits chimiques ou agressifs pour la peau, et la durée de vie est sensiblement la même.

Côté emballage, on commence à se rapprocher du zéro déchet et en prime on gagne des produits avec une véritable durée de vie ou à impact écologique moindre.

Pour mon démaquillage, je suis passée à l’huile végétale toute simple, qui me sert aussi d’ingrédient pour divers DIY, comme les shampoings, les bains d’huile ou tout simplement en cuisine.

En parlant de bain d’huile, il est le parfait remplaçant du masque ou après shampoing.

Bref tout ça pour dire qu’avec un tout petit changement d’habitude il est possible de s’économiser beaucoup d’argent et de place.

Tout est question d’utilité et de nécessité et je pense qu’il est tout à fait possible de se faire plaisir de manière raisonnée et plus ou moins éthique. Je ne donne aucune leçon, j’en suis qu’au début de l’apprentissage hein  🙂 !

J’espère que cette petit détox vous aura plu, la prochaine concernera mon cher et tendre placard !!!

A bientôt !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimez? Partagez avec votre entourage :)